Avis sur l'enquête publique du plan d'élimination des déchets du 30 Octobre 2013 PDF Imprimer
Dimanche, 03 Novembre 2013 17:58

Contribution à l’enquête publique sur le plan d’élimination des déchets non dangereux du Rhône.

 

Monsieur le commissaire enquêteur,

J’ai pris connaissance du dossier qui est une très bonne chose, car il aurait du être révisé depuis longtemps. En effet, le dernier plan date de décembre 2003 et est complètement obsolète.

J’ai trois remarques

-          Sur l’état des lieux : les deux incinérateurs de Rillieux-la-Pape et Gerland ne sont plus aux normes, et nécessitent une reconstruction. Peut-on savoir pourquoi ils ne sont pas aux normes et les répercussions sur l’environnement ? et enfin, quand les travaux commenceront-t’ ils ?

-          Les objectifs de croissance de la population du périmètre concerné ne sont pas adéquation avec les chiffres indiqués dans le SCOT (Schéma de cohérence territoriale). En effet, sur le présent document, il est mentionné entre 2010 et 2024 115 000 nouveaux habitants, alors que le SCOT mentionnait sur la même période entre 300 000 et 500 000 nouveaux habitants. Le périmètre du SCOT n’est pas le même que le département, mais si on considère le Grand-Lyon, qui représente plus des 2/3 de la population, et en hypothèse de croissance plus des ¾, et que le grand-Lyon concerne plus de 80% de a population du SCOT,  il y a une réelle incohérence entre les évaluations d’augmentation de la population. Les chiffres sont erronés et le plan plus du tout adapté.

-          Le département n’est pas une référence  en France sur la gestion de ses déchets. Je l’avais dénoncé lors des élections cantonales en 2010. La Haute-Savoie, ou encore la Savoie sont largement plus performantes que le Rhône. Pourtant, ce plan manque d’ambition. Il n’y a qu’à regarder les priorités retenues pour atteindre les objectifs : p21du rapport non technique,

  • exemplarité du département, en sachant qu’il disparait en 2015, au profit de la métropole lyonnaise-et que le Grand-Lyon a pour priorité la valorisation énergétique, ce qui n’est pas recommandé par les directives européennes, car polluantes.
  • Relai de campagne nationale, qui peuvent ne pas exister, vu la conjoncture.

En conclusion, je suis favorable à ce nouveau plan de déchets, mais il faudrait qu’il soit plus volontariste, incitatif, et que la valeur de croissance des habitants soit bien réelle (+115 000 nouveaux habitants et non 300 000).

 

Christine BERTIN